Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma Commune / Actualités / 2017 / Le Bourgmestre Marc DUVIVIER, responsable de la santé publique, obtient de l’Administrateur général de FLAUREA l’abandon du projet plomb
Actions sur le document

Le Bourgmestre Marc DUVIVIER, responsable de la santé publique, obtient de l’Administrateur général de FLAUREA l’abandon du projet plomb

Dans le cadre du dossier FLAUREA (remise en activité d’une unité plomb pour traiter  + 2.000 tonnes), un dossier a été déposé auprès des services compétents de la Région Wallonne.

Déclaré complet et transmis à la Ville d’Ath, il était de notre devoir de le soumettre dans un délai légal à enquête publique, de prévenir les riverains propriétaires et locataires dans un rayon de 50 mètres du site.

Au cours de cette période de 15 jours, vous avez été très nombreux à me faire part de vos craintes quant aux effets inhérents à cette technologie du plomb.  

Le comité d’accompagnement a concilié une bonne partie de vos remarques, suggestions et oppositions.

J’ai organisé une séance publique au cours de laquelle chacune et chacun a pu s’exprimer.  L’entreprise était représentée par son Administrateur général, M. PICARD, par son Directeur de site, M. BAILLON, et le bureau d’études agréé par la Région Wallonne chargé de rédiger le contenu du dossier de demande de remise en route de l’unité plomb.

Enfin, il a plu à un fonctionnaire compétent de la Région Wallonne d’être présent pour entendre les parties.  

Parmi celles-ci, des ouvriers et responsables ont mis en avant leur grande volonté de créer avec la population riveraine et les responsables de l’entreprise un autre climat relationnel, où toutes les parties seraient associées pour dissiper les doutes et mettre en avant la qualité non contestée de leur dévouement.  

Les responsables de FLAUREA ont notamment répondu que la non remise en activité de cette unité ne créerait pas de problèmes financiers et que l’emploi des travailleurs actuels serait garanti s’ils n’obtenaient point l’autorisation souhaitée.  

Un responsable de la société, depuis lors licencié, avait fait réaliser des tests sans informer le fonctionnaire dirigeant, et par conséquent, la Ville.  

Après avoir clôturé l’enquête et lu un grand nombre de vos interventions, après avoir écouté différents responsables notamment du milieu médical, j’ai demandé à M. PICARD de retirer le dossier relatif à une demande d’autorisation pour la production du plomb.

Il m’a garanti une nouvelle fois que le volume et que la qualité de l’emploi seraient maintenus et que, prenant en considération les différentes remarques et oppositions, il retirait la demande introduite auprès des autorités compétentes.

Pour demain, je veillerai, avec le comité d’accompagnement, les ouvriers, cadres et responsables de FLAUREA, ainsi que celles et ceux qui souhaiteront se joindre à nous, à ce que les mesures visant au respect de la santé publique et prenant en considération le principe renforcé de précaution, restent de mise.  

Je ne répondrai pas à tous les courriers qui m’ont été adressés, car le communiqué suffit vraisemblablement à apaiser les craintes.  

Je remercie celles et ceux qui sont intervenus, qui ont permis un débat conforme à l’exercice d’une bonne démocratie.  Je suis à la disposition de celles et ceux qui souhaiteraient encore m’entretenir de ce dossier. Je remercie aussi les ouvriers, les cadres, pour leurs réactions constructives et amicales.  Qu’ils sachent aussi que je suis à leur disposition.

Le Bourgmestre, Marc DUVIVIER