Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Ma Commune / Services communaux / Environnement / Actualités / 2020 / Gestion des tontes de pelouse

Que faire des tontes de pelouse ?

En cette période de confinement, on cherche à s’occuper, à profiter du jardin et justement la pelouse semble réclamer une petite coupe ! Vite, on sort la tondeuse et c’est parti : 1 bac, 2 bacs, … bientôt, on obtient un superbe monticule d’herbe coupée. Qu’en faire lorsque les recyparcs sont fermés ?

Et si les tontes de pelouse étaient une ressource plutôt qu’un déchet ?

Ceux qui pratiquent le compostage le savent, l’herbe coupée peut-être recyclée en terreau. Mais attention avant de vider complètement ses bacs sur le tas de compost ! Imaginez votre tas d’herbe resté en place, en plein soleil pendant quelques jours … que se passe-t-il ? Et bien ça fermente ! Personne ne souhaite infliger ça à son compost. La solution : recycler une partie (idéalement après séchage) en l’intégrant au compost et en le mélangeant avec de la matière brune et sèche (paille, feuilles mortes, broyats, branches, etc.). Le but est d’éviter les « plaques » de gazon et d’offrir une nourriture variée aux habitants du compost. Plus d'infos sur le compostage ? C'est par ici !

Le mulching : tondre sans récolter l’herbe coupée

Certaines tondeuses coupent l’herbe tellement finement qu’elle peut être laissée sur place sans former de gros paquets. Mais la technique de mulching peut être utilisée avec n’importe quelle tondeuse. Pour cela, il suffit de s’y prendre de manière progressive afin que la vie du sol se prépare à recycler la matière organique. Le principe est de ramasser 1 fois sur 2 la 1ère année, 1 fois sur 3 la 2ème année et uniquement lors de la 1ère tonte ensuite.

De l’herbe contre les « mauvaises » herbes ?

Que ce soit au potager ou dans les parterres, on aime que ça reste « propre ». Une façon de ralentir la pousse des adventices est de recouvrir le sol d’un paillage : paille, broyats ou … tontes de pelouse séchées ! Pour ce faire, on peut par exemple étaler le produit de la tonte en faible épaisseur sur une bâche pendant 1 jour ou 2 (sans pluie). Il ne reste plus qu’à recouvrir les parterres en attente ou déjà cultivés. Le paillage aura en plus comme effet de protéger le sol de l’érosion et de la sécheresse en plus de le nourrir. Idéalement, varier la nature du paillage au long de la saison pour l’équilibre des nutriments disponibles pour les plantes : vert = riche en azote, brun = riche en carbone.

La meilleure façon d’éliminer ses tontes de pelouse : ne pas en produire !

Oui, oui, c’est possible de ne pas tondre (entièrement) sa pelouse sans transformer son jardin en brousse ! Il suffit de limiter l’entretien aux endroits de passage, de jeux, etc. et garder le reste de la pelouse en « gestion différenciée ».

Non seulement, cette mesure nous permet de gagner du temps mais elle est aussi l’occasion d’accueillir un peu de biodiversité : fleurs sauvages, papillons, abeilles …

Pensons également aux tondeuses écologiques telles que poules, lapins, chèvres, moutons, etc.

On monte d’un étage !

Saviez-vous que la hauteur idéale du gazon correspond à la hauteur d’une brique ? Autrement dit, on devrait pouvoir passer la tondeuse au-dessus d’une brique sans la toucher. Pas besoin de risquer d’abimer la tondeuse, il suffit de régler celle-ci sur une hauteur de 7-8cm. En effet, moins l’herbe est coupée courte, moins elle poussera vite, moins elle sera sensible à la sécheresse et moins elle laissera la place aux mousses, pissenlits, etc.

Toutes les solutions sont épuisées ?

Moins intéressant que le compost, le tas d’herbe dans un coin du jardin reste une solution de dernier recours. Si ce n’est pas possible non plus, il reste l’évacuation via le sac poubelle avec les déchets résiduels.
Attention : les tontes de pelouses ne sont pas autorisées dans les points d’apport volontaire ni le long des cours d’eau et sur la voie publique !

Article inspiré par la brochure « Mon pote, le compost ! »