Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Ma Commune / Actualités / 2020 / La parole à vos élus

La parole à vos élus

Dans le numéro de juin de la Vie Athoise, un espace était réservé pour tous les groupes politiques représentés au Conseil communal. La poste n'assurant plus la distribution de toutes boites de ce type, le numéro de juin devait être reporté à une date indéterminée. Ce sera finalement une édition spéciale de 4 pages qui sera distribué début juillet. Nous avons donc décidé de publier les textes reçus (le premier tout début mai, certaines choses ont forcément évolué depuis) du PS, du MR, d'Ecolo et de la Liste Athoise ci-dessous.

Le PS

Depuis mi-mars, comme l’ensemble de la Belgique, le CPAS d’Ath subit une crise sanitaire inédite.
Les services du CPAS étant repris dans la catégorie des entreprises publiques nécessaires à la protection des besoins vitaux de la Nation et des besoins de la population en vertu de l’arrêté ministériel du 18 mars 2020, il apparait que la continuité des services doit être le maître mot.

Néanmoins, cette crise a modifié profondément nos comportements et des mesures de précaution ont été prises pour protéger notre personnel, nos résidents en maison de repos, nos enfants dans les crèches et les usagers et visiteurs du Centre.

Ainsi, les maisons de repos ont été fermées aux visiteurs de nos résidents depuis la mi-mars sur décision de l’AVIQ.  D’importantes mesures d’hygiène ont été mises en place ou confortées, impliquant des dépenses supplémentaires pour du matériel de protections individuelles pour notre personnel et nos résidents pour un montant de plus de 100.000€.  Ces mesures et procédures ont toujours répondu aux directives de l’AVIQ ou toutes autres circulaires nous parvenues et ont toujours été approuvées par le Médecin coordinateur.  Un plan de déconfinement est à l’étude depuis mi-mai, visant à des visites encadrées sous haute protection et présentant de nombreuses contraintes.  Mais encore une fois, il s’agit de protéger notre personnel, nos résidents et les visiteurs.  Parallèlement, nos ergothérapeutes ont assuré des vidéos conférences via des tablettes numériques entre les résidents et leur famille et ce pour rompre l’isolement de nos aînés.

Au niveau des crèches, ces dernières ont été regroupées quelques semaines sur le site des Nénuphars, compte tenu du peu de fréquentation et en accord avec l’ONE.  Depuis le 4 mai, et pour répondre aux directives de l’ONE, les deux crèches sont réouvertes.  Diverses mesures ont également été prises ou confortées pour protéger au maximum les membres du personnel, les enfants et les parents.

En ce qui concerne les services administratifs et sociaux, ils ont également été impactés mais sans jamais remettre en question la continuité des services.  Les équipes sociales ont été réduites au maximum et pour les secteurs le permettant, le télé travail a été mis en place.  Depuis début mai, un plan de déconfinement ayant obtenu l’aval des organisations syndicales est en place.  Chaque bureau est équipé de plexiglas, les masques sont obligatoires en dehors du bureau de l’agent, du gel hydroalcoolique est mis à disposition, l’accueil des usagers muni d’un masque se fait via l’accueil principal, sur rendez-vous ou via la téléphonie, le courriel électronique ou encore la vidéo-conférence.

Un numéro unique d’aide pour les personnes fragilisées a été créé pour subvenir aux besoins des personnes isolées pendant la crise. Grâce à ce numéro de téléphone ce sont plusieurs dizaines de personnes qui ont pu être aidés pendant la crise par des personnes bénévoles. Nous avons servi de relais dans la coordination d’un magnifique réseau solidaire !

Enfin, les organes délibérants, comme le Conseil, le Bureau Permanent et le Comité spécial du service social, ont pleinement joué leur rôle.  Tantôt par courriel, tantôt en vidéo conférence, toutes les décisions pour maintenir le fonctionnement des services ont été prises régulièrement tels que le prévoit le règlement d’ordre intérieur de notre centre.
Toutes les mesures prises n’ont toujours que visé la protection des membres de notre personnel et des visiteurs, le bien-être des résidents et des enfants ; le maintien des droits des uns et des autres et la continuité du service public. 

Je tiens également à remercier l’ensemble des membres du personnel qui ont fait et font un travail exceptionnel depuis le début de cette crise.
 
Jérôme Salingue, Président du CPAS

Le MR

A toi, l’indépendant athois…

A toi, l’indépendant athois qui t’es pris la crise sanitaire de plein fouet, qui as été contraint de cesser ou de réduire ton activité, de baisser tes volets, d’adapter ton lieu de travail aux règles de sécurité, de remonter les chaises sur les tables et d’attendre. 

A toi, l’indépendant athois qui as compté tes économies, qui as fait le listing de tes charges pour savoir face à quelle durée de séisme tu allais pouvoir résister, qui as dû te séparer de tes travailleurs. 

A toi, l’indépendant athois qui, comme le reste de la population et sans doute aussi des instances publiques, ne s’attendais pas à l’ampleur de cette crise sans précédent, à qui il faut aujourd’hui révéler que même sa commune a été contrainte de réagir dans l’urgence et face à l’imprévu le plus total, et que chacun, à son niveau, a donné le meilleur de lui-même pour traverser l’orage. 

A toi, l’indépendant athois à qui il faut expliquer qu’il était sans doute difficile de faire mieux dans le contexte financier de la commune, les années de vaches maigres succédant inéluctablement à celles de vaches grasses, mais qu’en sortant d’une logique de pure gestion économique pour s’adapter à l’imprévu, raz-de-marée financier et social, les gestionnaires de notre Ville ont fait le choix d’aider autant que faire se peut. 

A toi, l’indépendant athois qui as accueilli la première série de mesures exceptionnelles de la Ville d’Ath (gratuité du parking pour les professionnels de la santé, facilités de paiement pour toutes taxes et redevances, mise en attente de l’envoi des taxes ou factures, factures d’acompte pour les fournisseurs de la Ville impactés par la crise, réorientation des missions de l'Agence de Développement Local, exemption de la taxe sur les enseignes et de la taxe sur l'occupation du domaine public les commerces de frites ou nourriture à emporter, prolongation de la validité des abonnements des commerces et entreprises aux parkings privés de la Ville, suspension de la taxe sur l’extension des terrasses, stabilité de la taxe poubelle), qui prendras connaissance de la motion communale de ce début de mois de juin contenant de nombreuses recommandations à l’attention de nos gouvernements (diminution de la TVA à 6%, frais professionnels déductibles à 100 % pour les frais de restaurant, octroi de facilités bancaires spécifiques, prolongation de 6 mois du chômage économique « corona », réflexion sur les cotisations sociales, etc.) mais qui sais qu’il n’est pas encore sorti de l’auberge malgré le déconfinement qui se profile et que l’effort devra se poursuivre. 

A toi, l’indépendant athois qui seras ravi, soulagé, de retrouver tes clients, tes patients, animés à n’en point douter de l’envie de stimuler à nouveau l’activité économique locale au travers de la solidarité citoyenne, mais qui sais que la relance tant attendue, vigoureuse, intense, passera aussi et surtout par l’effort public (et notamment, local) et que d’autres mesures devront donc être décidées pour te permettre de reprendre pied (redynamisation par l’ADL, soutien diversifiée aux entreprises comme dans le cas des achats groupés, revalorisation de notre centre-ville en attirer d’autres commerces de proximité, etc.). 

A toi, moteur de notre économie locale, créateur d’emplois, contact privilégié de notre quotidien, de notre marché du jeudi, de notre sortie en ville, de notre promenade au village, qu’il ne faudra pas oublier et à qui il faudra résolument permettre de rester un indépendant athois. 

Coralie Fontaine, Cheffe de groupe MR 

Ecolo

Alors que se poursuit le déconfinement, je souhaite exprimer une part du ressenti écologiste face à la crise du Covid-19. 

Grâce sera faite des sempiternelles récriminations à l’égard des autorités quant à la manière dont est gérée la crise. Non pas à défaut de reproches, au contraire, mais parce que je fais ici le choix  de ne pas me focaliser sur la crise elle-même mais sur certaines leçons à tirer de ses à-côtés.

Cloitrés à la maison, nous avons connu une période d’isolement social inédite. Notre mode de vie s’en est considérablement ressenti. Pour beaucoup, la situation économique est désastreuse mais le recours au télétravail a parfois permis de maintenir, tant que faire se peut, une pratique professionnelle. L’occasion de découvrir que, même si les contacts sociaux sont primordiaux, il est souvent possible de réduire les trajets entre domicile et lieu de travail. Sans que n’en pâtisse la qualité de notre ouvrage, nous pouvons économiser temps et argent tout en gagnant en qualité de vie.

Cette période troublée illustre à quel point entraide et solidarité sont des piliers de notre société. On ne répètera jamais assez à quel point nos véritables héros sont ceux qui œuvrent sans relâche dans les hôpitaux, maisons de repos, CPAS mais aussi nos ouvriers communaux et enseignants de tous réseaux confondus, … Toutes ces personnes garantes de la santé, du bien-être et de la dignité de tous et surtout des plus vulnérables. Sachons les gratifier à leur juste valeur !

Nombreux sont ceux qui ont redécouvert les commerces alimentaires de proximité. Épicier, maraicher, boucher, magasin à la ferme, moulin, traiteur, … tant de créatives petites enseignes qui, tout en allant parfois jusqu’à doubler leurs bénéfices, n’ont pas manqué de séduire une nouvelle clientèle. Voilà qui démontre, si besoin en était encore, toute la pertinence d’une filière courte, plus respectueuse des producteurs, consommateurs et de l’environnement. A l’instar de notre abattoir communal dont la production à la hausse témoigne d’un attrait toujours plus vif pour les produits locaux et de qualité.

Nos villages révèlent, plus que jamais, toute leur importance en termes d’autonomie alimentaire et de biodiversité, rempart essentiel contre les épidémies. Mais pour cela, ils doivent avoir les moyens de se réinventer pour devenir plus forts tout en mutualisant leurs ressources (écoles, maisons de village, sentiers…) dans l’intérêt de la collectivité.

Sur les routes, des changements de comportements notoires sont apparus. Avec nettement moins de voitures, davantage d’espace profite à la mobilité douce. C’est l’occasion, tout en prenant soin de sa santé et de l’environnement, de renouer avec le plaisir et la facilité des déplacements à vélo ou à pieds.

Une crise sanitaire riche d’enseignements, donc, qui nous rappelle l’importance d’un combat sans relâche pour un monde plus humain mais aussi et surtout, nous conforte quant à la pertinence d’une transition écologique au profit d’une société durable.

Laurent DELVAUX, Conseiller Communal ECOLO

La Liste Athoise

Que se passe-t-il à Ath ! Depuis des semaines la vie s’est comme arrêtée : rues et commerces fantômes, écoles désertées, festivités annulées, ... Les Athois, comme de nombreux citoyens à travers le monde, sont confinés. Hé oui, la maladie Covid-19 est responsable de cette crise inédite et mondiale. Pour combattre cet ennemi invisible, une seule arme, un seul mot d'ordre : l'isolement!

Terrible injustice : certains disposent d’énormément de temps libre alors que d'autres doivent affronter de plein fouet ce virus inconnu. Personnel soignant, policiers, pompiers, personnel communal, caissières, toutes les personnes non citées et en première ligne… sont au front pour nous assurer un minimum vital, nous rappeler le danger et faire respecter les règles de protection. Tandis que ce virus nous prive cruellement d’une partie de nos familles et surtout de nos aînés plus fragilisés, le personnel soignant est sur le pied de guerre, montrant un dévouement exemplaire et sans limite. Ces hommes et ces femmes travaillant dans nos maisons de repos sont terriblement efficaces et professionnels. Ils soignent, rassurent, distraient, et trouvent même le moyen de garder le contact avec les familles malgré les terribles, mais nécessaires, décisions de mise en isolement.

Quel combat ! Et quelle belle solidarité spontanée ! Les consciences se réveillent et l’humain est à nouveau au centre des préoccupations. De l'initiative privée aux réponses d'appels à l’aide, tous se mobilisent. Plus que jamais le CPAS montre son soutien à la population. Les conseillers sont régulièrement sollicités au cours de cette crise et si certaines décisions sont prises dans l’urgence, elles sont réfléchies et respectueuses de l’humain. Sécurité et bienveillance ont toujours été les maîtres mots de notre conduite.

Les activités reprennent lentement et là encore, l'humain doit être au centre des préoccupations. Les plus jeunes sont aussi concernés et pour certains, la reprise de l'école n’aura pas lieu. En effet, la fermeté doit être de rigueur et mieux vaut renoncer à l'instant présent pour mieux reprendre en toute sécurité plus tard.

Que dire de tous les secteurs qui sont durement impactés. Loin de s’avouer vaincus, les commerçants, les petits producteurs rebondissent de plus belle, mettant à profit leurs talents commerciaux pour proposer leurs produits ou leurs services dans le plus strict respect des normes de sécurité. Que cela nous serve de leçon : faisons-les vivre en priorité, ils le méritent.

Cette triste expérience laissera des traces indélébiles et bientôt il faudra en tirer enseignement pour l’avenir, et notamment celui de nos maisons de repos puisque cette crise a mis leur fragilité en évidence. En tant que groupe d’opposition, nous offrirons une écoute attentive aux citoyens et analyserons les propositions qui seront faites pour réagir plus efficacement encore en cas de reprise de l’épidémie. Plus que jamais, le citoyen a le pouvoir de changer les choses et il est temps, autant que faire se peut, de (re)penser à l’impact des actes et des choix que nous posons.

France Créneau, cheffe de groupe des conseillers LLA du CPAS