Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Ma Commune / Actualités / Toute l'actu athoise liée au Coronavirus / Le Collège communal de la Ville d’Ath propose une motion de soutien à la relance des activités dans le secteur Horeca

Le Collège communal de la Ville d’Ath propose une motion de soutien à la relance des activités dans le secteur Horeca

Depuis le début de la crise COVID19, le Collège de la Ville d’Ath est sensible aux difficultés rencontrées par les citoyens et l’ensemble des secteurs professionnels qui ont dû faire face à des mesures strictes dans le but d’enrayer la pandémie.
 
L’impact des mesures prises par le Conseil National de Sécurité a des conséquences lourdes sur l’économie en général et plus particulièrement sur le secteur HORECA, puisque sa réouverture est prévue dans l’ultime phase de déconfinement et sous des conditions strictes.
 
Lors du collège communal de ce vendredi 5 juin, ses membres ont décidé de proposer une motion de soutien à la relance des activités dans le secteur Horeca. Cette motion rassemble un grand nombre de mesures spécifiques et structurelles en faveur du secteur afin d’assurer, lors de la relance des activités, la pérennité des acteurs économiques mais aussi le maintien de l’emploi.
 
Les membres du Collège communal s’entendent à dire que l’HORECA est un secteur qui souffre, et n’hésitent pas à se mobiliser pour apporter l’aide et le soutien nécessaire.

Aujourd’hui, il demande au Gouvernement fédéral :

•    L’instauration d’une fiscalité adaptée pour soulager le secteur de l’Horeca, Hôtel – Restaurants – Cafés, comme l’ont déjà fait ou s’apprêtent à le faire certains états voisins membres de l’Union Européenne :
• Diminution du taux de TVA à 6% ;
• Frais professionnels déductibles à 100% (au lieu de 69%) pour les frais de restaurant, au moins jusque fin de l’année 2020.
•    Des mesures complémentaires et spécifiques relatives aux baux commerciaux 
•    De soutenir le pouvoir d’achat des citoyens (avec une attention particulière pour les plus fragiles et les personnes touchées par la crise) et donc la demande intérieure. Ce soutien devrait être orienté de manière à favoriser notamment la dépense dans l’HORECA, et pourrait prendre la forme d’un « chèque pouvoir d’achat » ciblé.

Au Gouvernement wallon 

•    De veiller à ce que le plan « Ré-Action » puisse être activé utilement pour les petites entreprises de l’HORECA. Ce genre d’aide doit être aisément accessible, et nécessiter le moins de démarches possibles.
•    D’être attentif à inclure l’HORECA dans son plan « GET UP WALLONIA », dans les prochaines phases de son action.

Au Gouvernement fédéral et wallon :

•    L’octroi de facilités bancaires spécifiques pour faire face aux charges fixes qui pèsent sur le secteur en opérant une modification de la loi de garantie bancaire pour faire face aux charges fixes qui pèsent sur le secteur et assouplir les critères d’octroi de crédits temporaires pour les établissements qui ont un retard limité en paiement ONSS et qui peuvent prouver leur viabilité financière.
•    Des mesures spécifiques liées aux charges sur le travail et aux différentes aides à l’emploi et la formation afin de maintenir le taux d’emploi dans le secteur ;
•    La prolongation de 6 mois du chômage économique 'corona' pour le secteur afin d’éviter les licenciements secs ainsi qu’une réduction TVA temporaire via un crédit d’impôt dégressif sur une période à déterminer, à ajuster en fonction de la somme totale perdue à la suite de la crise.
•    D’entamer une réflexion sur les cotisations sociales, menant à de nouveaux reports, et éventuellement à certaines réductions temporaires, ainsi qu’à la réduction automatique des primes d’assurance et des abonnements énergétiques pendant le confinement.

 

Le Collège communal pourrait évaluer sur le long terme la fiscalité locale spécifique au secteur afin de les soutenir dans la relance de leurs activités au-delà de l’exercice 2020.